Blog

« Dans la Forêt » de Jean Hegland (note de lecture)

Blog Laisser un commentaire


Aux Etats Unis, au coeur des montagnes rocheuses. La société toute entière s’est effondrée, plus d’essence, plus de transport, plus de nourriture, plus de soins…Epidémies et pandémies déciment une partie de la population. Deux soeurs, à peine adultes, se retrouvent seules dans la maison familiale à l’orée d’une immense forêt à plusieurs kilomètres des premières habitations d’une petite ville de Californie du Nord, Redwood.

Subissant la situation avec fatalisme, elles vont vivre des aventures délicieuses et parfois tragiques. Face aux dures réalités du quotidien, elles abandonnent très vite leurs projets d’études ou de réalisations professionnelles.
La maturité aidant et leur situation économique empirant à chaque saison une fois les réserves de nourriture épuisées, Nell, la narratrice, va peu à peu s’éveiller à la forêt et y trouver les ressources nécessaires à la survie de sa soeur Eva et d’elle même.

Ce très beau récit, réaliste et parfois mystique, évoque immanquablement Faulkner ou Steinbeck. Dans la droite ligne de cette littérature américaine critique, le roman ne fait pas l’impasse sur les crimes sur lesquels s’est construite la société américaine. Comme une véritable ode à la nature, Jean Hegland, par l’exercice d’introspection du journal de son héroïne, nous emmène dans une aventure fantastique pas si improbable qu’on pourrait le penser aujourd’hui.
GJ 22/05/2018

Aubépine et renouveau

Blog Laisser un commentaire

C’est le temps de la métamorphose. Les avalanches fondent, les torrents grondent, gonflés des eaux de fontes limoneuses, grises, ou bleues selon l’humeur. La montagne s’exprime, crache ses flots en cascades tonitruantes. La sève monte, pousse ses floraisons avec la puissance de sa nature généreuse. C’est aussi le temps de la cueillette des fleurs d’églantine…Aïe! activité piquante à souhait!

IMG_1244

IMG_1248

IMG_1249

 

IMG_1251

IMG_1252

IMG_1255

Au royaume du ski en pentes raides.

Blog Laisser un commentaire

Les Epilobes sont situées juste en face d’un spot de ski en pentes raides. Cette variante du ski de randonnée, ou ski alpinisme, offre des plaisirs où la poussée adrénaline prend toute sa saveur car il faut descendre à ski des couloirs inclinés à 40 ou 50 degré voir plus.
Les montagnes sauvages et pentues du Valjouffrey offrent un terrain de jeux fantastique, surtout quand l’enneigement est bon, comme en ce mois de février 2018.
Couloir Nord des Scies de Sainte Annes, Face Ouest des Mourres Rouges, Face Est et Ouest du Clotonnet, autant de noms évocateurs pour les skieurs de l’extrême…et c’est juste en face de la maison. Le spécialiste de la discipline dans la vallée c’est Thierry Clavel, un Valbonnaisien amoureux de ce ski extrême, il a publié de nombreux livres sur la pratique du ski en pentes raides: https://www.camptocamp.org/profiles/215692/fr

IMG_0952 IMG_0951

Avalanches

Blog Laisser un commentaire

Les conditions météo depuis décembre sont atypiques. En effet, de grosses chutes de neige en décembre et en janvier ont eu lieu avec des cumuls importants sur tous les versants, mais ces épisodes neigeux ont alterné avec des redoux très pluvieux. Conséquence, à moyenne altitude, entre 1500 et 2200 mètres, le manteau neigeux s’est tellement alourdi et gorgé d’eau que d’énormes avalanches se sont déclenchées naturellement. On retrouve des coulées de l’ampleur d’autrefois, quand régulièrement les avalanches coupaient la route d’accès à notre hameau du Désert. Les photos ci-dessous montre l’avalanche de la Colombière, à l’entrée du village. Elle a atteind le parking et bousculé les containers du tri sélectif. Elle s’est arrêté à 10 mètres de la route. Tombée en plusieurs fois, elle s’éparpille en multiples tentacules sur tout le cône de déjection. Il y avait bien longtemps qu’elle n’était pas descendue aussi bas.

L'avalanche de la Colombière en janvier 2018
L’avalanche de la Colombière en janvier 2018

Colombiere 22 01 18

estim volum colombiere

Le Desert Avalanche

moloc Desert

Les chèvres de Marie attaquées par un loup ?

Blog Laisser un commentaire

Dans le Dauphiné libéré en page 4 page Région

IMG_0680

Jeudi dernier dans l’après midi, le troupeau de chèvre de Marie et Michel Puissant, exploitants agricoles (transformation fromagère) au Désert en Valjouffrey depuis 1987, a été victime d’une attaque. Michel témoigne que rentrant jeudi en fin d’après midi une partie du troupeau avait disparu. Il n’a retrouvé ses bêtes que le lendemain, elles étaient encore stressées et il en manquant une. Depuis plus de trente ans, c’est la première fois que leur troupeau, qui a toujours pâturé en liberté aux alentours du village, subit une attaque. La DDT (Direction Départementale des Territoires) avait bien prévenu Marie Puissant au printemps dernier, que le risque d’attaque en pleine journée était possible. Le cadavre d’une chèvre a été découvert Dimanche par une chasseur au lieu dit « creux de la Vaurze » à quelques centaines de mètres du village.
L’expertise du Garde Moniteur du Parc National des Ecrins a eu lieu lundi, mais les prédateurs ont nettoyé la carcasse et confirme l’attaque de gros canidé.

Cet événement va bouleverser les pratiques d’élevage de la ferme Puissant qui produit de très bons fromages de chèvres et de vache. Les exploitants envisagent dorénavant de garder leur bêtes en stabulation ce qui va entraîner une augmentation des coûts de production et une diminution de la qualité environnementale.
Le troupeau de chèvres (environ 50 bêtes) de la ferme Puissant était le dernier à être en pâturage libre sur ce secteur du Valbonnais.

Une éolienne à Font Turbat

Blog Un commentaire

Ce mercredi 16 août, le CAF de Grenoble Oisans installait une éolienne pour l’alimentation du refuge de Font Turbat. Jean Paul Candé, initiateur et responsable en charge du projet et de l’installation était présent tôt ce mercredi matin pour assembler une éolienne à axe verticale sur un mât en acier inoxydable de 6 mètres de long. L’ensemble, une fois monté, a été héliporté dans la matinée pour une installation directement in situ derrière le refuge. La particularité de cet équipement, d’une puissance de 500 watts, réside dans le fait qu’il participe à un mix énergétique, panneaux solaires et groupe électrogène déjà installés.
Cette éolienne est particulièrement silencieuse puisqu’elle utilise pour ses rotors la sustentation magnétique. Elle démarre avec une très faible vitesse de vent, ne nécessite que peu d’entretien, est économique et étant sans frottement s’use très peu. Une technologie bien adaptée à l’environnement de haute montagne de Font Turbat et qui a été agréé par le Parc national des Ecrins, puisque le refuge se situe dans la zone coeur du parc. Deux rotations d’hélicoptère ont été nécessaires pour acheminer l’ensemble du matériel et quelques vivres pour la gérante Sandrine. Une opération remarquable tant par son innovation que par la logistique mise en oeuvre.
IMG_0438 IMG_0445 P1260071

IMG_0467