Nature

ski de randonnée

Montagne, Saisons Laisser un commentaire

Deux visiteurs de l’hiver, Nadine et François, sont venus pratiquer leur sport favori, le ski de randonnée aux Epilobes. Courageux mais pas téméraires, ils ont quand même atteint le refuge de Font Turbat (2300m) le premier jour. La température polaire (-20°c) ne les a pas rebutés. Le deuxième jour, ils tentent de faire parler la poudreuse dans les pentes plus raide en face de la maison, la sagesse de Nadine et sa connaissance de la neige les incitent à la prudence. En effet, la belle couche de poudreuse repose sur des couches gelées, le risque est réel. Du coup ils feront un exercice Arva derrière le village au soleil. Bravo pour la performance. Le beau temps était de la partie dans une ambiance sibérienne à l’extérieur, chaleureuse à l’intérieur.

La neige

Maison, Montagne, Nature, Saisons Laisser un commentaire

Les flocons tombent sans interruption depuis plusieurs jours. Les chamois descendent près du village, on peut les voir à moins d’un quart d’heure de la maison (raquettes recommandées, on peut en prêter deux paires).

Après la neige lourde et mouillée de début décembre, celle ci est froide et légère, nous aurons donc une bonne sous couche pour le ski de randonnée et le ski alpinisme. Autrefois on disait ski de printemps, mais de nos jours les « free-riders » s’en donne à cœur joie même en plein hiver, voir sur ce lien la descente du couloir nord des Scies de Sainte Anne, juste en face de la maison : 700m à 40°, pour skieurs/alpinistes expérimentés seulement.

Plus modestement on pourra monter à la cascade de la Pisse en raquette (2 heures aller-retour), beaucoup moins risqué, on découvrira alors les traces de la faune en hiver, à cet effet voir le site du parc des Écrins : «  »Traces douces chut…c’est l’hiver.

À bientôt aux Épilobes.

Ballade d’automne

Maison, Montagne, Saisons Laisser un commentaire

Des vacances à la montagne pour la Toussaint, drôle d’idée ! Voici quelques photos qui vous donneront peut-être envie de venir découvrir notre vallée. Un soleil généreux, même s’il devient plus ombreux de jour en jour, accentue les contrastes lumineux de l’automne ; l’astre solaire devient alors cet artiste pointilliste qui brossera la toile de fond de votre séjour. Toutes ces photos sont prises à une heure de marche, au plus, de notre chambre d’hôtes.

À bientôt.

Chamonix en 1935

Ecologie, Montagne Laisser un commentaire

Ces images sont ont été réalisées en mode argentique, par planche contacte, à partir des négatifs 6X11cm de mon grand père paternel Louis Léon.

Elles ont été réalisées à l’été 1935 lors d’un séjour dans la vallée de Chamonix au cours duquel Louis Léon et son fils Georges, âgés respectivement de 30 ans et 10 ans, randonnaient dans la vallée. Elles représentent le père et le fils devant les fameuses et mythiques montagnes et les glaciers pharaoniques du toit de l’Europe. On reconnaîtra l’aiguille Verte et l’aiguille du Dru avec la mer de glace, les aiguilles de Chamonix et l’aiguille du Midi, le lac blanc, le Mont Blanc etc… Au passage on remarquera que le téléphérique de l’aiguille du midi n’existait pas, il a été construit en 20 ans après en 1955.

Pour les plus curieux, vous pourrez comparer ces vues des glaciers de l’époque avec des images actuelles (nombreuses sur le web), et vous rendre compte du recul glaciaire.

Ces images sont protégées par un copy right.

Histoire d’amour dans le duvet (suite)

Faune, Maison, Nature Laisser un commentaire

Les histoires d’amour finissent bien aux Épilobes, deux petits chardonnerets sont nés il y a environ huit jours. Nourris d’insectes et de graines par les deux parents, ils resteront au nid pendant une quinzaine de jours avant de prendre leur envol.

Depuis le balcon ou au pied du pommier où ils ont construit leur nid, on peut les observer en gros plan avec une paire de jumelle, c’est très beau et très émouvant.

Tout semble bien se passer pour cette deuxième couvée de l’été. En octobre, les familles de chardonnerets se regroupent et viennent encore faire quelques razzias dans le jardins picorer les graines de fleurs avant de partir sous des cieux plus cléments pendant l’hiver.

Histoire d’amour dans le duvet

Faune, Maison, Nature Laisser un commentaire

Un couple de chardonnerets a élu domicile dans notre pommier juste devant la maison. Leur manège nous a intrigué, lorsqu’ils se sont montrés avec des brindilles dans le bec. Nous avons ensuite découvert un nid, tapissé de duvet fin, calé dans les plus hautes branches, à l’abri des regards indiscrets et des visiteurs indésirables.

Enfin, la femelle s’est mise à couver, alimenté par le mâle qui lui donne la becquée et ce pendant 12 à 14 jours avant l’éclosion des œufs. Après l’éclosion, les petits resteront encore 14 jours au nid avant de prendre leur envol. Belle histoire pour les hôtes d’un pommier planté voilà seulement 3 ans. Il est possible que ce soit la deuxième couvée de ce couple qui quittera notre vallée à l’automne pour ne revenir qu’au printemps prochain.

Rose bay willow herb

Flore, Nature Laisser un commentaire

C’est le vrai nom de l’épilobe en Anglais, cette fleur de la famille de Oenanthéracées est aussi appelé Fire weed. Pour être compris par tous les botanistes du monde, vous pourrez utiliser le nom latin Epilobium Angustifolium.

Dans le Valjouffrey , la plante pousse en colonie dans les zones humides, plutôt sur les versants nord, à la fraîcheur. On l’appelle ici le Laurier de saint Antoine, pourquoi ? La question reste posée. En tout cas, elle a poussé toute seule entre le balcon et le bûcher de notre chambre d’hôtes que nous avons choisi d’appeler ainsi « Les épilobes » au pluriel.

On dit aussi que l’épilobe pousse sur les anciens champs de bataille et plus généralement sur des terrains qui ont été retournés ou saccagés. La plante a des vertus curatives, en particulier pour les problèmes de prostate. Attention il en existe 25 espèces, se renseigner avant d’en consommer !!!!

Le retour du circaète

Faune Laisser un commentaire

Le Circaète Jean le Blanc est un rapace migrateur, chasseur de serpents, qui prends ses quartiers d’hiver au Sahel en Afrique. Chaque année en avril un couple revient dans le haut Valjouffrey. En cette saison ils chassent autour du village et il n’est pas rare de les apercevoir avec un reptile dans le bec. Le dessous des ailes beige clair, moucheté de brun le rend facilement identifiable. On peut observer le vol de ce magnifique rapace, de l’envergure d’un aigle, depuis le balcon des Épilobes. Avec une bonne paire de jumelles le spectacle est inoubliable.