Faune

L’essentiel

Faune, Littérature Laisser un commentaire

Aujourd’hui j’ai rencontré un criquet, il ne s’appelait pas Gimini mais il m’a chuchoté à l’oreille d’aller voir près des sources où il y avait là une perle de nature… et puis je suis rentré et j’ai lu un entretien avec Edgard Morin paru dans la presse en ligne, et je me suis dit que, aujourd’hui, j’avais peut être, encore une fois, touché à l’essentiel : « à force d’oublier l’essentiel pour l’urgence, de faire de l’urgence l’essentiel, on finit par oublier l’urgence de l’essentiel… » Merci Monsieur Morin.

Histoire d’amour dans le duvet (suite)

Faune, Maison, Nature Laisser un commentaire

Les histoires d’amour finissent bien aux Épilobes, deux petits chardonnerets sont nés il y a environ huit jours. Nourris d’insectes et de graines par les deux parents, ils resteront au nid pendant une quinzaine de jours avant de prendre leur envol.

Depuis le balcon ou au pied du pommier où ils ont construit leur nid, on peut les observer en gros plan avec une paire de jumelle, c’est très beau et très émouvant.

Tout semble bien se passer pour cette deuxième couvée de l’été. En octobre, les familles de chardonnerets se regroupent et viennent encore faire quelques razzias dans le jardins picorer les graines de fleurs avant de partir sous des cieux plus cléments pendant l’hiver.

Histoire d’amour dans le duvet

Faune, Maison, Nature Laisser un commentaire

Un couple de chardonnerets a élu domicile dans notre pommier juste devant la maison. Leur manège nous a intrigué, lorsqu’ils se sont montrés avec des brindilles dans le bec. Nous avons ensuite découvert un nid, tapissé de duvet fin, calé dans les plus hautes branches, à l’abri des regards indiscrets et des visiteurs indésirables.

Enfin, la femelle s’est mise à couver, alimenté par le mâle qui lui donne la becquée et ce pendant 12 à 14 jours avant l’éclosion des œufs. Après l’éclosion, les petits resteront encore 14 jours au nid avant de prendre leur envol. Belle histoire pour les hôtes d’un pommier planté voilà seulement 3 ans. Il est possible que ce soit la deuxième couvée de ce couple qui quittera notre vallée à l’automne pour ne revenir qu’au printemps prochain.

Le retour du circaète

Faune Laisser un commentaire

Le Circaète Jean le Blanc est un rapace migrateur, chasseur de serpents, qui prends ses quartiers d’hiver au Sahel en Afrique. Chaque année en avril un couple revient dans le haut Valjouffrey. En cette saison ils chassent autour du village et il n’est pas rare de les apercevoir avec un reptile dans le bec. Le dessous des ailes beige clair, moucheté de brun le rend facilement identifiable. On peut observer le vol de ce magnifique rapace, de l’envergure d’un aigle, depuis le balcon des Épilobes. Avec une bonne paire de jumelles le spectacle est inoubliable.

Sur le seuil

Faune, Maison Laisser un commentaire

Les travaux continuent aux Épilobes et, pour mieux vous accueillir la nouvelle porte d’entrée s’est faite translucide.

Une large baie vitrée laisse entrer la lumière et permet, l’automne venu, d’observer les oiseaux qui viennent picorer dans le jardin.

Les chardonnerets, par exemple, qui dès la fin octobre arrivent en bande et font une razzia de graines sur les dernières fleurs de calendula et de Rudbeckia. Ceux là partiront cet hiver vers des cieux plus cléments, mais les mésanges resteront elles, à tête noir, à longue queue, bleue, charbonnière ou nonnette elles passent l’hiver dans nos jardins comme la sittelle torchepot et le Pic épeiche.

À bientôt